Actualité | Newsletter | | Faire un don | Contact | Presse | Liens & Ressources | FAQ
Animaux de ferme et maltraitance : soyons vigilants !

Le parc extérieur

Parc extérieur : les conditions nécessaires pour qu'il soit viable

C'est bien souvent lors d'une promenade ou d'un trajet en voiture que l'on est amené à  s'interroger sur les conditions de vie des animaux de ferme dans leur parc extérieur : sol boueux, barbelés laissés à  l'abandon, absence d'abri, même en plein hiver... Que peut-on accepter et que doit-on dénoncer ?

 

Des sols bien drainés

Les sols doivent être bien drainés afin qu'ils ne deviennent pas boueux en tout point. Il n'est pas acceptable de garder en permanence des animaux sur un sol où l'urine se mélange aux excréments et à  la boue :

  • pour des raisons d'hygiène : ce type de sol constitue un véritable foyer de culture pour des organismes pathogènes qui peuvent causer des infections aux pieds. Il est très important que les animaux puissent garder leurs pieds au sec plusieurs heures par jour  ;
  • pour des raisons de sécurité : sur un sol boueux, les animaux peuvent glisser ; le risque de blessures ou de fractures est donc plus élevé  ;
  • pour des raisons environnementales : l'eau qui s'écoule de ce type de sol est une source potentielle de pollution  ;
  • pour des raisons de bien-être des animaux : il est important que les animaux puissent, au moins quelques heures par jour, se tenir debout ou se coucher sur un sol bien drainé et raisonnablement sec. Si le sol est trop humide, il peut arriver que des animaux refusent de se coucher jusqu'à  épuisement.

Les mangeoires et les abreuvoirs devraient être déplacés régulièrement afin d'éviter que le sol où ils sont disposés ne soit trop piétiné.

cheval blessé à  la patte(Photo Animaux en péril)ponetteCette ponette, piégée dans des fils barbelés, est morte lentement. (Photo Appa-équidés)
Des clôtures en bon état

Les clôtures doivent être maintenues en bon état. Il ne doit pas y avoir de fil de fer ou de barbelés qui ne sont pas tendus dans lesquels les animaux risquent de s'enchevêtrer. Les animaux ne doivent pas non plus pouvoir s'échapper.

Les fils barbelés ne devraient pas être utilisés  :

  • pour garder des chevaux, car ils peuvent les blesser gravement, le cheval ayant une peau très fine (plus fine, par exemple, que celle des bovins). Leur usage n'est hélas formellement interdit que dans les établissements ouverts au public. La clôture avec fils électriques est la moins dangereuse. Lorsque des barbelés sont utilisés, ils doivent être bien tendus  ;
  • pour les moutons et les chèvres.

Les treillis électrifiés ne devraient pas être utilisés

  • pour les moutons et les chèvres à  cornes qui peuvent s'y coincer la tête. Si c'est le cas, il doit être vérifié fréquemment  ;
  • pour les volailles, une clôture n'est pas toujours indispensable, mais peut être nécessaire pour les protéger des prédateurs.

Cliquer sur l'image ci-contre pour voir la différence entre un champ bien entretenu et un champ mal entretenu

 

Les questions à  se poser

    - Les clôtures

  • Les clôtures sont-elles en bon état  ?
  • Les fils barbelés et autres sont-ils tendus  ?
  • Des zones humides (ex : mares) présentent-elles un risque pour les animaux  ?
  • Des clous ou des morceaux de barbelés tordus dépassent-ils des poteaux  ?
  • Les animaux peuvent-ils s'échapper  ?
  • Les animaux divaguent-ils régulièrement  ? (Ce peut-être une indication qu'ils ne trouvent pas assez à  manger dans leur enclos).
  •  

    - L'entretien du parc

  • Le pré est-il bien drainé  ?
  • Le parc est-il piétiné et boueux en tout point  ?
  • Si oui, sur quelle profondeur les pattes des animaux s'enfoncent-elles  ? (X cm ou jusqu'aux genoux).
  • Si oui, les animaux disposent-ils d'un endroit où ils peuvent se coucher au sec (ex : de la paille recouvre un coin de l'enclos).
  • Les abords des mangeoires et abreuvoirs sont-ils boueux  ? Sur quelle surface  ? Sur quelle profondeur les animaux ont-ils les pattes qui s'enfoncent  ?
  •  

    - Les animaux

  • Des animaux avec cornes sont-ils mélangés avec des animaux sans cornes  ?
  • Y a-t-il des cadavres ou des traces de cadavres (ex: os). Si oui, depuis combien de temps les cadavres sont-ils là   ?

 

Un abri, qu'il soit naturel ou artificiel

Dans les régions au climat rude, un minimum de protection devrait être offert aux animaux gardés en plein air, telle qu'une haie ou une rangée d'arbres. L'absence de protection contre le vent peut avoir des conséquences sérieuses.

Les arbres et les haies

Un seul arbre constitue-t-il un abri suffisant pour protéger des animaux des intempéries ? C'est une question qui est bien souvent posée aux associations de protection des animaux.

Un seul arbre peut suffire pour offrir de l'ombre en été à  des animaux, s'ils ne sont pas trop nombreux. Par contre, un seul arbre n'offre généralement pas une protection suffisante pour mettre des animaux à  l'abri d'un vent glacial, des fortes pluies ou de la neige.

Un abri naturel, pour être efficace, doit être constitué de plusieurs arbres ou d'une haie dense. Ce peut aussi être un rocher, un mur, des ballots de paille etc.

Un abri naturel est généralement constitué par une haie ou une rangée d'arbres qui fait office de brise-vent. Son efficacité dépend de sa hauteur, de sa perméabilité, de sa longueur et de son orientation.

Un abri naturel doit être en mesure de protéger les animaux du soleil en été et du vent glacial à  la mauvaise saison.

La longueur du brise-vent dépend du nombre d'animaux auxquels il sert d'abri. Il faut prévoir au minimum 0,5 mètre linéaire par animal.

Pour protéger des grands animaux, tels que des bovins, les brise-vent doivent mesurer au moins 2 mètres de hauteur.

De la densité, c'est-à -dire de la quantité de branches et de feuillages qui constituent le brise-vent, dépend sa porosité. Plus une haie est poreuse, plus elle laisse passer le vent. Pour protéger efficacement des animaux gardés dans un pré, la porosité doit se situer entre 20% et 40%.

Lorsque le brise-vent est destiné à  protéger des petits animaux, tels que des moutons, il faut porter une attention particulière à  la porosité au ras du sol. La présence d'arbustes est alors indispensable.

L'orientation

Le brise-vent est plus efficace lorsqu'il est placé face aux vents dominants qui viennent de l'est. Toutefois, il est également important de tenir compte des vents régionaux et locaux. En France, on en compte une centaine.

De plus, le brise-vent doit être placé dans une partie bien drainée, afin d'éviter que les animaux se maintiennent sur un sol trop humide. Il est donc préférable de ne pas placer un brise-vent dans la partie la plus basse d'un champ.

Attention aux plantes toxiques. Rappelons, pour exemple, que l'if est toxique pour les chevaux. Le rhododendron est toxique pour les chèvres, les moutons et les bovins, etc.

L'abri le plus efficace demeure toutefois l'installation d'un abri en dur, fermé sur trois côtés, avec un toit incliné. En été, il est préférable que cet abri soit ouvert sur les côtés, un léger courrant d'air pouvant alors être bénéfique.

Vous avez constaté quelque chose d‘anormal ?

Cliquez ici pour mieux connaître les lois qui protègent les animaux d‘élevage