Actualité | Newsletter | | Faire un don | Contact | Presse | Liens & Ressources | FAQ
Animaux de ferme et maltraitance : soyons vigilants !

Besoins des chevaux

Les besoins spécifiques des chevaux

 

Textes réglementaires spécifiques à  la protection des chevaux
  • Arrêté du 30.03.1979 relatif aux conditions à  respecter pour les établissements ouverts au public pour l'utilisation d'équidés
  • Décret du 30 mars 1979 concernant le contrôle des établissements ouverts au public pour l'utilisation d'équidés
  • Arrêté du 19 janvier 1996 relatif à  la caudectomie des équidés
Glossaire
  • Jument : Femelle du cheval
  • Hongre : Cheval mâle castré
  • Etalon : Cheval mâle non castré
  • Poulain : Jeune cheval de moins de 3 ans
  • Poney : cheval d‘une taille inférieure à  147 cm à  l‘âge adulte
L‘exposition à  de basses températures
cheval sous la neigeEn hiver, les races rustiques se couvrent d‘un pelage dense qui les protège du froid. cheval de trait ardennaispur sang arabe

Les équidés peuvent généralement supporter des températures bien en dessous de 0C°. Ils supportent très bien un froid sec. La fermentation des aliments dans leur gros intestin dégage de la chaleur qui les aide à  affronter le froid. Mais leur capacité à  faire face à  une baisse des températures varie en fonction de plusieurs critères : l‘âge, le régime alimentaire, l‘état du pelage, l‘accoutumance au froid, l‘état de santé, l‘état corporel de l‘animal (dispose-t-il d‘une épaisse couche de graisse), la race, etc.

Tous les chevaux rustiques, tels les poneys et les chevaux de traits, peuvent vivre dehors toute l‘année, à  la condition qu‘on leur laisse leur poil d‘hiver. Certaines races de chevaux de selle et les chevaux de course sont moins résistants et devraient donc passer l‘hiver à  l‘intérieur. Il en est de même pour les chevaux tondus.

Un cheval qui est constamment au pré supportera bien mieux le froid qu‘un cheval qui passe une partie du temps en écurie.

De même, l‘environnement dans lequel vit le cheval est très important. Lorsque l‘animal est exposé en plein vent, la température ressentie est bien plus basse que la température ambiante. Il est donc important qu‘en cas de température extrême, l‘animal puisse se protéger de la pluie, de la neige et du vent. C‘est lorsqu‘il est exposé de façon prolongée à  tous ces éléments naturels et à  des basses températures que la situation peut devenir la plus critique. Lorsque le pelage est mouillé, il peut perdre son pouvoir isolant.

Dès lors que les chevaux sont exposés à  de basses températures, leur ration devrait être augmentée car les chevaux vont dépenser davantage d‘énergie pour maintenir leur température corporelle. Ils doivent disposer de plus de foin car la digestion les aidera à  produire de la chaleur. S‘ils sont exposés de façon prolongée à  des températures extrêmes, ils doivent également avoir une alimentation complétée par des céréales ou des aliments énergétiques, afin qu‘ils ne maigrissent pas trop.

cheval couvertureUne couverture est parfois nécessaire.

Un cheval qui est gardé tout au long de l‘année au pré développera une épaisse toison qui le protégera efficacement du froid. Son pelage sera plus long et plus dense au fur et à  mesure que les jours raccourcissent. Cette toison doit être préservée (parfois, les chevaux sont tondus pour limiter la transpiration lors de l‘exercice qui peut conduire à  un refroidissement). Le pelage des chevaux est également naturellement recouvert d‘une fine couche de graisse qui les aide à  se protéger de la pluie, de la neige, et du verglas. Du fait de cette graisse, le sébum, l‘eau glissera sur le poil. On peut aussi offrir au cheval une couverture fine pour mettre son pelage à  l‘abri de la pluie. Une couverture chaude est indispensable lorsque le cheval est tondu.

Lorsqu‘un cheval tremble, c‘est qu‘il a froid. Les animaux à  sang chaud tremblent pour produire davantage de chaleur. De même, lorsqu‘un cheval a les oreilles froides, c‘est qu‘il a froid. Des mesures devraient dès lors être prises pour l‘aider à  affronter les basses températures.

Si un vent froid souffle, un cheval se tournera instinctivement de façon à  avoir l‘arrière train face au vent. Cette partie de son corps est recouverte par un pelage plus fourni que celui qui protège sa tête et son cou, et les vaisseaux sanguins y sont moins nombreux.

Les chevaux âgés rencontrent plus de difficultés pour maintenir leur température corporelle lorsqu‘ils sont exposés aux intempéries et au froid, notamment parce qu‘ils ont plus de difficultés à  accumuler une couche de graisse, ils ont plus de difficultés à  se déplacer et les fibres nécessaires à  la production de chaleur sont moins bien digérées. Ils devraient donc passer l‘hiver à  l‘abri. Il en est de même pour les chevaux malades ou convalescents.

chevaux neige
Un cheval qui a les poils courts, et qui est exposé à  un temps humide et froid, augmentera ses dépenses énergétiques pour maintenir sa température corporelle dès lors que la température descend sous 15°C. Un cheval qui a été habitué à  un temps froid, qui a un pelage épais et une couche de graisse épaisse pourrait ne pas dépenser une quantité significative d‘énergie supplémentaire tant que la température ne descend pas sous 0C°.
L‘exposition à  des températures élevées

Le cheval a une bonne capacité à  transpirer. Il peut perdre jusqu‘à  2,3 L /m2. Pour autant, le cheval devrait pouvoir se protéger du soleil. C‘est lorsque les températures sont très élevées, que l‘air est humide et qu‘il doit travailler qu‘un cheval a le plus de risques d‘être victime d‘un coup de chaleur. La température normale d‘un cheval est de 37,5 C°/38C° ; lorsque la température de son corps atteint 40,5C°, le cheval peut mourir d‘un coup de chaleur.

Les chevaux peuvent également être victimes de coups de soleil. Les parties exposées à  ce risque sont celles qui ne sont pas pigmentées, notamment le bout du nez, les naseaux et les lèvres.

La législation interdit de laisser des chevaux à  l‘attache exposés en plein soleil ou aux intempéries.

L'abri en plein air
âne neige

Pour mettre les chevaux à  l‘abri de la pluie, de la neige et du vent il est souhaitable qu‘ils puissent disposer d‘un abri. Ce peut-être un sous-bois si le feuillage est assez fourni pour protéger les chevaux de la pluie et les maintenir au sec. Ce peut être aussi une simple haie, ou un mur. Mais l‘idéal est un abri fermé sur trois côtés et ouvert dans la direction opposée aux vents dominants. L‘abri doit être bien drainé, une litière constituée de paille ou de copeaux de bois dans l‘abri permet de protéger le cheval de l‘humidité.

Tous les animaux doivent pouvoir se tenir dans l‘abri en même temps, et ils doivent disposer d‘assez de place pour se coucher.

Si les températures sont basses, les ânes notamment ne doivent pas être exposés durant plusieurs heures à  la pluie ou à  la neige. Le poil de l'âne ne contient que peu de graisse, se trempe vite et n'offre par conséquent que peu de protection contre la pluie et l'humidité. Ils peuvent rapidement prendre froid et être victimes d‘une pneumonie qui peut leur être fatale. Ils devraient toujours avoir un abri à  leur disposition.

En période de fort ensoleillement, de l‘ombre doit être fournie grâce à  des arbres, un mur, ou un abri en dur. En été, l‘abri offre une protection contre les insectes tels les taons ou les mouches qui fuient l‘obscurité. Il doit être bien aéré. Les crottins dans l‘abri doivent être ramassés régulièrement afin d‘éviter d‘attirer les insectes.

L‘état du sol des enclos extérieurs

Les chevaux ne doivent pas rester en permanence sur un sol boueux ou humide. Ce type de sol peut favoriser l‘apparition d‘infections, telles que par exemple la formation de crevasses ou de gales de boue. Le ramassage régulier des crottins, une à  deux fois par semaine, permet de limiter la prolifération des parasites. La prairie devrait être dépourvue de trous, tels que des terriers, car les chevaux peuvent y trébucher.

Les clôtures

 

ponettePhoto Appa-équidés
Les fils barbelés ne devraient pas être utilisés pour garder des chevaux, car ils peuvent les blesser gravement, le cheval ayant une peau très fine (plus fine, par exemple, que celle des bovins). Leur usage n‘est hélas formellement interdit que dans les établissements ouverts au public. La clôture avec fils électriques est la moins dangeureuse. Lorsque des barbelés sont utilisés, ils doivent être bien tendus.

 

De même, du grillage ne devrait pas être utilisé, car les chevaux peuvent s‘y prendre les pieds.

L‘état de propreté et l‘aménagement des locaux
paille

Il est important que les locaux où vivent les chevaux soient propres. La paille ou la litière devrait être complètement changée toutes les semaines, et les crottins et la paille souillée devraient être enlevés tous les jours. La propreté des boxes est importante car la corne des sabots peut rapidement se détériorer si le sol est jonché de fumier et d‘urine ! Les locaux doivent être bien aérés, sans pour autant laisser passer des courants d‘air. Les voies respiratoires des chevaux sont très sensibles aux gaz nocifs et à  la poussière. De nombreux chevaux sont allergiques aux très fines particules que l‘on peut trouver notamment dans le foin, et peuvent développer une bronchite chronique.

Il ne doit pas y a voir d‘aspérités, par exemple métalliques, qui risquent de blesser les animaux.

L‘éclairage

Les chevaux doivent avoir un éclairage suffisant qui permette à  chaque animal de voir et d‘être vu.

L‘alimentation
bon foinFoin de bonne qualitémauvais foinMauvais foin

Un cheval a besoin de manger chaque jour entre 1,5% et 3% de son propre poids. Un cheval de poids moyen qui pèse 455kg doit donc manger quotidiennement entre 7 et 14kg de nourritures. Les chevaux ont un petit estomac. Il est vivement recommandé de distribuer plusieurs repas dans la journée (ex : 3 repas par jour) ; s‘ils ne reçoivent qu‘un seul repas, ils peuvent tomber malade. La quantité et la qualité de la nourriture dépend de plusieurs facteurs : l‘âge, l‘activité, la race, etc. Un cheval de trait ou de course en activité a besoin de plus de foin et de calories qu‘un cheval qui reste au pré toute la journée. L‘apport en quantité raisonnable d‘aliments concentrés énergétiques, tels que des granulés, peut alors être nécessaire. Un vétérinaire peut apporter des conseils nutritionnels.

Le foin donné aux chevaux doit être de bonne qualité. Les fourrages grossiers devraient constituer au moins la moitié de la ration. S‘il contient trop de poussière ou qu‘il est moisi, il peut causer des problèmes respiratoires. Du foin de qualité a une bonne odeur, est sec, il est riche en feuilles et est de couleur vert foncé. S‘il est trop vieux, il perdra une grande partie de sa valeur nutritionnelle. En plus du foin, on peut donner aux chevaux des aliments tels que de l‘avoine, de l‘orge, de la luzerne, du tourteau, des racines, etc.

En été, un cheval peut se contenter de l‘herbe du pré ; il est nécessaire de pouvoir disposer d‘au moins un demi-hectare que l‘on pourra mettre à  sa disposition et l‘herbe doit être d‘assez bonne qualité. Au Printemps, il peut être nécessaire de compléter la ration du cheval par les aliments cités ci dessus, quand les champs ne sont pas encore assez enherbés, et à  l‘automne, quand l‘herbe commence à  être plus rare. En hiver, le foin est l‘aliment de base. En été, lors des années de sécheresse et si l‘herbe est brûlée, il peut être également nécessaire d‘apporter du foin au pré.

foin chevaux

Le foin, les céréales et les autres aliments ne devraient pas être jetés à  même le sol pour éviter les infections par des parasites. Le foin devrait être placé dans des distributeurs protégés de la pluie et les autres aliments dans des seaux ou des mangeoires propres.

Si nécessaire, les mangeoires devraient être déplacées afin d‘éviter la constitution de bourbiers.

Une pierre à  sel devrait être à  la disposition des chevaux.

L'abreuvement
enclos eauLes points d‘eau stagnante ne devraient pas être accessibles aux animaux abreuvoirruisseau

Un cheval boit de 20 à  60 litres d‘eau par jour. Il devrait toujours avoir à  sa disposition de l‘eau propre ; cela est particulièrement important lorsque les températures sont élevées. A défaut d‘un point d‘abreuvement permanent, un cheval devrait être abreuvé plusieurs fois par jour. En hiver, lorsque l‘eau est gelée, il faut casser la glace. Il existe des abreuvoirs qui chauffent l‘eau. Les abreuvoirs doivent être propres et un point d‘eau devrait se trouver dans l‘étable et au pré.

En hiver également, le cheval boit beaucoup, notamment parce qu‘il mange du foin.

Une technique simple permet de savoir si un cheval est déshydraté. A l‘aide de ses doigts, il faut pincer la peau au niveau de l‘épaule de façon à  former un pli. Lorsqu‘on libère la peau, le pli doit disparaître au même instant. Si le pli persiste quelques secondes, le cheval est déshydraté.

Les poulains nouveau-nés

Les poulains nouveau-nés devraient être gardés au chaud, sur une litière bien sèche. Leur régulation thermique n‘est pas encore faite, il est donc très dangereux de les exposer aux intempéries ou à  de basses températures. Cela peut leur être fatal. Lors de la mauvaise saison, les juments qui s‘apprêtent à  mettre bas devraient être gardées à  l‘abri et sous surveillance, dans un bâtiment.

Au moment de la mise-bas, il faut s‘assurer que la jument adopte son petit.

L'entretien des sabots
graissage des sabotsLa corne des sabots doit être graissée régulièrement afin d‘éviter qu‘elle ne se dessèche. sabotsLes sabots qui poussent exagérément peuvent causer des défauts d‘aplomb et fragiliser les tendons. Dans le pire des cas, les animaux dont les pieds ne sont pas parés peuvent rencontrer des sérieuses difficultés pour se déplacer et de ce fait ne plus parvenir à  s‘alimenter. sabots fendillés(photo APPA-équidés)

Le curage des sabots des chevaux gardés au box est indispensable, d‘autant plus si le cheval est ferré. En effet, le fait de curer régulièrement les sabots permet d‘éliminer les cailloux coincés qui peuvent occasionner une gêne pour l‘animal. Cet entretien permet aussi de prévenir le pourrissement de la fourchette ou d‘abcès qui peuvent apparaître lorsque le sol est humide et de mauvaise qualité. Au printemps et en été, il est également important de graisser les sabots du cheval une fois par semaine, afin d‘éviter qu‘ils ne se dessèchent et prévenir ainsi l‘apparition de sèmes. En été, on peut utiliser de l‘onguent blond et de l‘huile. En automne et en hiver, au contraire, il faut protéger les sabots de l‘humidité. Pour ce faire, on peut appliquer sur la corne, la sole et la fourchette du goudron de Norvège et de l‘huile.

Les chevaux ferrés doivent être referrés toutes les 6 semaines, quant aux chevaux non ferrés ils doivent être parés de 4 à  8 fois par an.

Des sabots qui sont fendillés, qui sentent mauvais, qui sont ramollis voire pourris nécessitent des soins particuliers. Un cheval qui boîte a souvent un problème aux sabots.

Les ânes ont des sabots plus fragiles que ceux des chevaux. Ils doivent pouvoir rester au sec au moins plusieurs heures par jour. Même l‘herbe mouillée peut être source d‘infections si les pieds ne peuvent pas sécher.

Les dents

Au moins une fois par an, un cheval doit avoir les dents vérifiées par un dentiste équin ou un vétérinaire équin. Si nécessaire, il faudra les lui limer. Si les dents d‘un cheval sont mal entretenues, il peut arriver qu‘il ne parvienne plus à  s‘alimenter. Les dents doivent faire l‘objet d‘une vigilance particulière chez les vieux chevaux. Lorsqu‘elles ne leur permettent plus de broyer le foin, ils devraient recevoir leur ration sous forme d‘une pâtée qui n‘a pas besoin d‘être mâchée.

Méthode d‘approche des chevaux

Pour approcher un cheval, parlez-lui doucement et évitez tout mouvement brusque. Les chevaux ont une meilleure vision sur les côtés, il est donc préférable de l‘approcher par la gauche, car c‘est en général de ce côté que le cavalier monte en selle. Un cheval détendu tiendra ses oreilles bien droites. Par contre, soyez sur vos gardes lorsqu‘un cheval tient ses oreilles en arrière et plaquées. Evitez d‘aborder un cheval par l‘arrière.

Les autres soins et recommandations complémentaires
blessureLes blessures doivent être soignées (photo Animaux en Périls). blessureblessure par un licol

Les chevaux doivent être vermifugés au minimum deux fois par an. Dans la nature, les chevaux entretiennent leur pelage en se roulant par terre, en se frottant aux arbres ou à  divers objets, ou en se mordillant mutuellement le pelage. Lorsque cela n‘est pas possible, c‘est au cavalier de prendre la relève par un pansage régulier. Le pansage permet également de détecter les parasites et d‘éventuelles blessures légères. Le pansage ne concerne que les chevaux en boxes, les animaux en pâturage n‘ont en général pas besoin d‘être pansés ; la graisse qui imprègne leurs poils les protège contre le froid et il est important de la préserver.

Le pansage est important tout au long de l‘année. Un pelage sale et emmêlé perd son pouvoir isolant.

Les blessures doivent être soignées avec une pommade insecticide car les mouches peuvent empêcher la cicatrisation. Notamment, les ulcères dus au licol, au harnais ou à  la selle doivent bénéficier des premiers soins élémentaires. L‘état du matériel utilisé, de la sellerie et du harnachement ne doit pas mettre en danger la santé du cheval.

La nuit comme la journée, même entre deux périodes d‘utilisation, les chevaux doivent être libérés de leur harnachement, en particulier au moment des repas, et protégés des intempéries et du soleil.

Il ne doit pas être demandé à  un équidé un travail auquel il n‘est ni apte, ni préparé, risquant de mettre en danger sa santé. Les équidés usés, cachectiques, malades ou blessés, ainsi que les juments en état de gestation avancée, ne doivent pas être utilisés. Un cheval en bonne santé devrait travailler au maximum environ 4 heures par jour.

L'identification

L‘identification de tous les équidés est une obligation. Elle doit être effectuée par un relevé des marques naturelles et dans certains cas par un transpondeur (puce électronique). A compter du 1er janvier 2008, tous les équidés devront être identifiés par un transpondeur.

Le relevé de signalement et la pose d‘un transpondeur ne peuvent être effectués que par un vétérinaire agréé ou par un agent des haras.

Les Haras nationaux délivrent pour chaque animal identifié un document double : une carte d‘immatriculation et un document d‘identification.

De plus, l'exploitant d'un établissement ouvert au public pour l'utilisation d'équidés doit adresser une déclaration d'ouverture de cet établissement au directeur des haras de la circonscription intéressée.

Les mutilations

Jugement de la Cour d‘Appel de Pau

Le 24 avril 2001, la Cour d‘Appel de Pau a confirmé un arrêt du Tribunal Correctionnel qui a condamné un agriculteur pour exercice illégal de la médecine ou de la chirurgie vétérinaire et sévices graves ou acte de cruauté, après que celui-ci ait castré lui-même un cheval Fjord suivant une technique apprise par un ami, sans disposer des produits anesthésiants recommandés.
(Condamné à  une amende de 10 000 francs et à  une interdiction de détenir des équidés pendant 5 ans. La SPA et la Fondation Brigitte Bardot reçoivent chacune 1000 francs de dommages et intérêts et 3 000 francs au titre de l‘article 475-1 du Code de procédure pénale et le Conseil Régional de l‘Ordre des Vétérinaires obtient 4000 francs à  titre de dommages-intérêts et le Conseil Régional et national de l‘Ordre des Vétérinaires obtiennent chacun 3 000 francs au titre de l‘article 475-1 du Code de procédure pénale).

Seul un vétérinaire est autorisé à  castrer un cheval (article du code rural L243-2).

Les chevaux ayant la queue coupée sont exclus des concours et manifestations organisés et subventionnés par les haras nationaux. Ils ne peuvent pas non plus être achetés ou subventionnés par les Haras nationaux.

Critères généraux de l‘état physique des chevaux

Un cheval en bonne santé a le poil et l‘œil brillants et est alerte. Ses oreilles se déplacent au moindre bruit. La température normale d‘un cheval oscille entre 37°5 et 38°C. Lorsque la température dépasse les 39C°, l‘animal souffre probablement d‘une infection.

Un cheval en mauvaise santé est susceptible de présenter l‘un des symptômes suivants :

  • Si un cheval paraît abattu, a la mine triste et les oreilles couchées en arrière, il a probablement un problème de santé.
  • Un pelage terne est souvent le symptôme de parasites internes, alors qu‘un cheval en pleine santé aura le poil brillant.
  • Une peau tendue ou des dépilations à  certains endroits du corps de l‘animal indique des parasites externes (souvent des poux).
  • Un poney qui a la queue ébouriffée, et qui se gratte fréquemment la croupe contre des barrières ou des arbres, souffre de parasites externes (ce peut être la teigne par exemple …)
  • De même un cheval qui a perdu des poils sur ses quatre membres inférieurs est souvent atteint de la gale de boue.
  • Les excréments sont également très révélateurs de la santé se l‘animal. Si le cheval fait des crottins extrêmement liquides cela peut être dû à  des parasites internes.
  • Un écoulement nasal est souvent le signe d‘une atteinte des conduits respiratoires supérieurs. Cette infection peut conduire à  une toux chronique, ou une bronchite.
  • Un cheval qui regarde son ventre, s‘allonge et se relève tout de suite, qui est nerveux, qui transpire, est atteint de coliques. Il faut alors appeler le vétérinaire immédiatement.
  • Des sabots en « babouches » sont les signes d‘une négligence de la part du propriétaire qui entraîne par la suite une déformation des aplombs.

Il peut arriver qu‘un cheval soit si mal en point, parce qu‘il est trop vieux ou gravement malade, qu‘il soit souhaitable de recommander au propriétaire de l‘euthanasier. Lorsqu‘il n‘est plus possible de garantir à  l‘animal une qualité de vie décente, c‘est sans doute le meilleur choix à  faire. Dans ce cas, l‘avis d‘un vétérinaire peut aider à  prendre la bonne décision.

L'état d‘engraissement des chevaux
cheval maigreCe cheval, négligé par ses propriétaires, a la plus mauvaise note d‘état d‘engraissement qui puisse être attribuée. jument maigreCette jument demi-lourd a mis au monde 18 poulains en 24 ans. Sans apports énergétiques et peu vermifugée, son propriétaire, un maquignon, l‘a ensuite placée dans un champ avec pour seule nourriture l‘herbe d‘hiver. Gravement parasitée, elle n‘a pas survécu malgré des soins intenses. (photo Appa équidés)

La méthode d‘évaluation de l‘état d‘engraissement des chevaux indiquée ci-dessous est utilisée par les associations de protection animale en Amérique du Nord ainsi que par les éleveurs. Cette méthode consiste à  évaluer l‘épaisseur de graisse, visuellement et au toucher, dans six zones différentes.

En hiver, il est important de palper les chevaux, car, du fait de l‘épaisse couche de poils qui peut les recouvrir, ils peuvent sembler plus en chair qu‘ils ne le sont vraiment.

Les vieux chevaux sont parfois maigres parce qu‘ils n‘arrivent plus à  accumuler une épaisse couche de graisse. Evitez d‘accuser trop rapidement le propriétaire d‘un vieux cheval de mauvais traitements ! Un cheval à  une durée de vie qui varie entre 18 et 30 ans. On peut donc considérer qu‘un cheval est "vieux" dès lors qu‘il atteint l‘âge de 16 ans, mais cela varie beaucoup d‘un cheval à  l‘autre.

Les poneys et les ânes ont un système digestif très performant qui leur permet de tirer efficacement profit des aliments qu‘ils ingèrent, notamment de ceux qui ont une faible valeur nutritive (pauvres en protéines, peu énergétiques, faible digestibilité). De plus, ces animaux rustiques ont la capacité de constituer rapidement des réserves adipeuses. Il est donc rare que leur état corporel se dégrade, même lorsqu‘ils vieillissent. Lorsque c‘est le cas, cela signifie un défaut de soins durant une période prolongée. De même, il est assez rare qu‘un vieux cheval de trait soit extrêmement émacié.

Il arrive aussi qu‘un cheval soit trop maigre parce qu‘il se trouve au plus bas du rang social, et les autres chevaux qui le dominent l‘empêchent de s‘alimenter. Dans ce cas, il doit être séparé des autres chevaux ou être nourri séparément.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir le tableau d'évaluation de l'état d‘engraissement des chevaux :

mesurer l'état de chair sur un cheval

mesurer l'état de chair sur un cheval 2
douchkaDouchka, 37 ans (photo APPA équidés)victorVictor 23 ans (photo APPA équidés)babouBabou 25 ans (photo APPA équidés)

 

Avec une alimentation et des soins appropriés (vermifugation, entretien des dents, ration adaptée) un cheval âgé devrait être en mesure de maintenir son poids, comme le démontrent les photos des vieux chevaux ci-dessous, tous recueillis et remis en état par la section équidés de l‘Association pyrénéenne de protection animale.

Vous avez constaté quelque chose d‘anormal ?

Cliquez ici pour mieux connaître les lois qui protègent les animaux d‘élevage