Actualité | Newsletter | | Faire un don | Contact | Presse | Liens & Ressources | FAQ
Animaux de ferme et maltraitance : soyons vigilants !

Besoins des chèvres

Les besoins spécifiques des chèvres

Textes réglementaires spécifiques à  la protection des chèvres
  • Recommandation du conseil de l‘Europe concernant les chèvres.
Glossaire
  • Bouc : mâle de la chèvre
  • Chevreau : chèvre de moins de 6 mois
  • Cabri : chevreau
L‘exposition à  de basses températures
abri chèvresLorsqu‘il pleut, les chèvres arrêtent de paître et se mettent à  l‘abri.

Les chèvres sont bien moins armées pour affronter le froid que les bovins ou les moutons. Leur pelage est très fin et peu dense, et elles ne disposent que d‘une très fine couche de graisse sous la peau. Elles pourront toutefois supporter de basses températures si elles y sont habituées et si le froid s‘installe progressivement.

Parce qu‘il est très fin, le pelage des chèvres les protége également très peu de l‘humidité. Il est donc indispensable que les chèvres disposent d‘un abri qui les protége à  la fois du vent, de la pluie et de la neige. Les chèvres attachées à  un piquet doivent avoir un abri lorsqu‘il pleut ou doivent être rentrées.

Lorsqu‘il fait froid, il est important que les chèvres reçoivent une alimentation plus énergétique, car elles vont brûler davantage de calories.

L‘exposition à  des températures élevées

Jugement de la Cour d‘Appel de Pau

Le 27 janvier 1993, la Cour d‘Appel de Pau a condamné pour mauvais traitements le propriétaire de chèvres qui les a laissées attachées à  l‘aide d‘une chaîne sans aucun abri ni nourriture et eau. Dans ses attendus, la cour précise :
« Attendu que le 14 mars 1992, les gendarmes ont découvert dans un bosquet deux chèvres mortes ; que la première couchée sur le flanc droit était attachée à  l‘aide d‘une chaîne de 7 à  8 mètres avec un collier de cuir ; que cette chaîne était fixée à  un arbre et une partie de celle-ci était enroulée sur elle-même, laissant à  la bête une liberté de mouvement de 50 centimètres ; que cette bête ne présentait aucune blessure ;
Que la seconde chèvre qui était couchée sur le flanc gauche était attachée à  l‘aide d‘une chaîne de 5 mètres ; que le cou de l‘animal avait été dévoré sur le côté droit par une bête ;
Qu‘il n‘existait autour de ces deux chèvres aucun abri, aucune nourriture et aucun point d‘eau pour s‘abreuver, à  l‘exception d‘une flaque d‘eau stagnante qui était inaccessible à  cause de l‘absence de longueur des chaînes ; (…)
Attendu que l‘enquête révèle que les deux chèvres de D. ont cruellement manqué de soins de la part de leur propriétaire qui s‘est abstenu de leur procurer un abri, de la nourriture et une possibilité d‘abreuvement ; (…)
Que le temps qui s‘est écoulé entre la découverte des chèvres mortes par les gendarmes le 14 mars 1992 et l‘identification de leur propriétaire le 18 mars 1992, date à  laquelle D. a appris la mort de ses deux animaux, révèle que ce dernier négligeait d‘aller les voir régulièrement, ce qui démontre une réelle absence de soins ».
(Condamné aux dépens à  3 000 francs d‘amende, à  payer 2500 francs à  la SPA du Béarn à  titre de dommages-intérêts et 1 000 francs sur le fondement de l‘article 475-1 du Code de Procédure pénale).
chèvres à  l'ombrechèvre attachéeUne chèvre attachée devrait avoir accès à  un point d‘ombre et être à  l‘abri des prédateurs. chèvre nubienneLa chèvre nubienne a de grandes oreilles tombantes et fines ; tout comme celles de l‘éléphant, elles sont fortement irriguées en vaisseaux sanguins, elles peuvent ainsi refroidir le sang du corps.

Les chèvres supportent mieux la chaleur que le froid. Toutefois, lorsque les températures sont élevées, il est important de leur offrir des lieux ombragés. Attacher une chèvre en la laissant exposée en plein soleil est une pratique inacceptable. Elle devrait être déplacée là  où elle peut trouver de l‘ombre. Certaines races résistent mieux aux fortes chaleurs. Il s‘agit notamment des races africaines.

Une chèvre qui a trop chaud halète. C‘est lorsqu‘il fait chaud et que le taux d‘humidité de l‘air ambiant est élevé (80% ou plus) que les chèvres souffrent le plus de la chaleur ; elle peuvent alors être victimes d‘un coup de chaleur.

L'abri en plein air

Les chèvres doivent avoir un abri qui les protége du vent, de l‘humidité et du soleil. Cet abri peut être naturel (haie, sous bois, rangée d‘arbre) ou artificiel, tel qu‘une petite cabane en bois.

Les clôtures

Elles doivent être vérifiées fréquemment car il arrive que les chèvres s‘y coincent la tête. C‘est plus souvent le cas pour les chèvres à  cornes. Pour la même raison, l‘utilisation de treillis devrait être évitée lorsqu‘il y a des chevreaux.

Les fils barbelés ne devraient pas être utilisés ; il en est de même pour les treillis électrifiés lorsqu‘il y a des chèvres à  cornes.

Les clôtures doivent être maintenues en bon état et tendues.

L‘état de propreté et l‘aménagement des locaux
chèvres abri

L‘abri doit être bien aéré, éclairé et protégé des courants d‘air. Les gaz nocifs tels que l‘ammoniac ainsi que la quantité de poussière doivent être maintenus à  un niveau convenable. Une litière doit être à  la disposition des animaux et leur permettre de rester au sec. Elle devrait être rechargée tous les jours.

Tous les animaux doivent pouvoir se coucher simultanément. Les planchers en caillebotis ou perforés ne doivent pas pouvoir coincer ou blesser les pieds des chèvres. Les caillebotis ne doivent pas être utilisés comme aire de repos pour les chèvres laitières de façon à  éviter les blessures des trayons. Les planchers en caillebotis ne devraient pas être utilisés pour les chevreaux.

Les chèvres devraient être maintenues propres. Les locaux doivent être complètement nettoyés plusieurs fois par an. Le taux d‘humidité relative devrait être maintenu entre 40% et 80%. Les chèvres avec des cornes ne devraient pas être mélangées avec des chèvres sans cornes.

L‘éclairage

L‘éclairage devrait permettre aux animaux de voir et d‘être vus distinctement.

L‘alimentation

Du printemps à  l‘automne, la chèvre trouve une grande partie de son alimentation au pré. En hiver et jusqu‘à  la fin de la mauvaise saison, sa ration doit être complétée par du foin ou des fourrages verts. Une chèvre adulte consomme de 1 à  2kg de foin par jour ou environ 12kg de fourrages verts/jour (2,5kg de bon foin équivalent à  environ 10kg d‘herbe ou de fourrages verts). On peut également compléter la ration des chèvres avec des céréales (par exemple, blé, orge et avoine), des aliments concentrés tels que par exemple de la pulpe de betteraves, des tourteaux d‘arachides ou de soja, des fruits. S‘il y a des arbres sur leur parcours, les chèvres peuvent aussi en consommer les feuilles. Il est souhaitable qu‘une pierre à  sel soit mise à  la disposition des animaux, en particulier lorsqu‘il fait chaud.

La nourriture doit être de bonne qualité. Le foin ou du tourteau moisis peut intoxiquer les chèvres. Les mangeoires doivent rester propres et la nourriture non consommée doit être jetée.

Les filets à  foin ne devraient pas être utilisés pour les jeunes chevreaux et les chèvres à  cornes afin d'éviter qu'ils ne s'y empêtrent.

L'abreuvement
abreuvement des chèvres(Photo : http://fermepedagogique.free.fr)

Une chèvre boit 5 à  10 litres d‘eau par jour. Les chèvres devraient avoir à  leur disposition, en permanence, de l‘eau propre. C‘est aussi le cas lorsqu‘elles sont attachées à  un piquet. Si l‘eau est gelée, elle doit être brisée plusieurs fois par jour.

Les cabris nouveau-nés

Les jeunes chevreaux peuvent difficilement affronter les basses températures parce que leur thermorégulation n‘est pas encore faite, parce qu‘ils n‘ont qu‘une très fine couche de graisse et un pelage très fin. Ils devraient donc être gardés à  l‘intérieur jusqu‘à  ce qu‘ils soient âgés d‘au moins deux semaines. Ils peuvent toutefois sortir les jours de beau temps. Les chèvres prêtes à  mettre bas devraient être rentrées.

Lorsque les chevreaux doivent être élevés artificiellement, on devrait leur donner du lait ou un substitut approprié, environ quatre fois par jour pendant approximativement les deux premières semaines de vie. La quantité de lait donnée sera ensuite progressivement réduite jusqu‘à  ce que les chevreaux atteignent l‘âge de 8 semaines.

L‘entretien des sabots ou des onglons
onglons chèvressabots chèvres(Photos : Farm Sanctuary)

Les onglons doivent être parés une à  deux fois par an. Cet entretien est surtout nécessaire pour les chèvres élevées en stabulation permanente ou qui vivent sur un terrain au sol mou.

Comme les moutons, les chèvres peuvent être victimes de la maladie du piétin, une infection douloureuse qui touche les pieds et les articulations. Dans les cas les plus graves, les chèvres ne se déplaceront qu‘en s‘appuyant sur leurs genoux. Cette maladie doit être traitée au plus vite.

Les dents

Les chèvres qui ont des mauvaises dents doivent recevoir une nourriture qu‘elles peuvent manger sans difficultés.

La tonte
laine chèvres(Photo : http://fermepedagogique.free.fr)

Les chèvres élevées pour la production de laine doivent être tondues au moins une fois par an. Les chèvres tondues doivent être protégées des intempéries, si nécessaire, elles doivent être rentrées à  la chèvrerie ou porter un manteau chaud solidement fixé.

La traite
traite chèvres

Les chèvres en lactation doivent être traites lorsque les mamelles sont pleines, une à  deux fois par jour, à  des horaires réguliers. Une bonne hygiène doit être maintenue au moment de la traite, notamment pour limiter l‘apparition de mammites.

L'identification

Les caprins doivent être identifiés à  l‘aide d‘une boucle apposée aux deux oreilles avant l‘âge de 6 mois. Une seule boucle peut être apposée lorsque l‘animal doit être abattu avant l‘âge de 12 mois ou si l‘animal est né avant juillet 2005.

L‘éleveur doit tenir à  jour un registre sur lequel il inscrit les données d‘identification des caprins, comportant l‘indication des naissances et tous les mouvement d‘animaux sur son exploitation.

Les mutilations

Le décornage, l'ébourgeonnage et la castration ne devraient être pratiqués que par un vétérinaire utilisant un anesthésique. Les césariennes ou toute autre laparotomie ne doivent être réalisées que par un vétérinaire.

Les signes de mauvaise santé

Une chèvre en bonne santé a le poil brillant, la truffe humide, l‘œil vif et propre, est alerte et rumine. Ses oreilles se déplacent au moindre bruit. La température normale des chèvres est de 39-40C°.

Les signes de mauvaise santé d‘un caprin comprennent : apathie, perte d'appétit, baisse de la lactation, absence de rumination, écoulements des yeux, du nez ou de la bouche, salivation excessive, toux persistante, inflammation des articulations ou d'autres parties du corps, claudication, diarrhée, décoloration du lait ou de l'urine, gonflement, prolapsus vaginal ou rectal, grattements ou frottements fréquents, perte de la condition physique, modifications de comportement y compris perturbation de l'organisation hiérarchique et, dans certains cas, le fait de se tenir éloigné du troupeau. (source : recommandation concernant les chèvres du conseil de l‘Europe)

L'état de chair des chèvres
palpation chèvre

Comme pour le mouton, l‘évaluation de l‘état de chair des chèvres doit se faire par palpation. Un simple examen visuel n‘est pas suffisant.

Les chèvres n‘ont qu‘une fine couche de graisse sous la peau. Les réserves adipeuses se situent surtout dans l‘abdomen. C‘est pourquoi les côtes des chèvres, surtout chez celles à  forte production laitière, sont souvent visibles, même lorsqu‘elles ne sont pas maigres.

Pour noter l‘état de chair des chèvres, on peut utiliser la même méthode que celle indiquée ci dessus pour les moutons.

La palpation de la région sternale est également un bon indicateur de l‘état d‘engraissement. Dans les cas extrêmes, on ne sentira aucun tissu adipeux entre la peau et le sternum.

L‘objectif est un état de chair de 3 pour la saillie, de 3+ pour la mise bas, et d‘au moins 2 à  la fin de lactation.

Vous avez constaté quelque chose d‘anormal ?

Cliquez ici pour mieux connaître les lois qui protègent les animaux d‘élevage