Actualité | Newsletter | | Faire un don | Contact | Presse | Liens & Ressources | FAQ
Animaux de ferme et maltraitance : soyons vigilants !

Besoins des porcs

Les besoins spécifiques des porcs

Textes réglementaires spécifiques à  la protection des porcs
  • Arrêté du 16 janvier 2003 établissant les normes minimales relatives à  la protection des porcs
  • Recommandation du Conseil de l‘Europe concernant les porcs
Glossaire
  • Porc : un animal de l'espèce porcine, de n'importe quel âge, élevé pour la reproduction ou l'engraissement
  • Verrat : un porc mâle pubère, destiné à  la reproduction
  • Cochette : un porc femelle pubère qui n'a pas encore mis bas
  • Truie : un porc femelle après la première mise bas
  • Coche : truie ayant mis bas au moins une fois
  • Truie allaitante : un porc femelle de la période périnatale jusqu'au sevrage des porcelets
  • Truie sèche et gravide : une truie entre le moment du sevrage et la période périnatale
  • Porcelet ou goret : un porc de la naissance au sevrage
  • Porc sevré : un porcelet sevré, jusqu'à  l'âge de dix semaines
L‘exposition à  de basses températures
porc MangalitzaGrâce à  son épaisse soie et une confortable couche de lard, le porc Mangalitza est une des races porcines les plus résistante au froid. abri porcs

Les porcs ont peu de moyens pour se protéger du froid ; ils n‘ont pas de pelage qui les aide à  maintenir leur température, comme par exemple les moutons. Le risque de gelure est en conséquence plus important chez les porcs que chez les autres animaux. Leur couche de graisse est leur principale protection contre les basses températures, mais les races les plus utilisées ont été sélectionnées pour « faire » moins de gras.

Pour autant, les porcs peuvent supporter des températures extérieures très basses dès lors qu‘ils disposent d‘un abri qui les protège des vents et de l‘humidité. Une litière épaisse et sèche constituée de paille leur est également d‘une grande aide pour se protéger du froid. Lorsqu‘ils en ont la possibilité, ils s‘enfouissent complètement sous cette litière.

La ration des porcs exposés à  de basses températures doit être augmentée parce qu‘ils brûlent davantage de calories.

Les porcs qui ont froid se regroupent, ne se couchent pas sur les côtés mais plutôt sur le ventre si le sol a une température trop basse, et grelottent.

L‘exposition à  des températures élevées
porc boueles bains de boue peuvent aider les cochons qui ont la peau peu pigmentée à  se protéger du soleil et à  supporter les fortes chaleurs.porc halètement

Les porcs sont beaucoup plus sensibles aux fortes chaleurs qu‘aux basses températures, car ils ne transpirent pas (ils ne disposent pas de glandes sudoripares). Plus que tout autre espèce, ils sont donc particulièrement sensibles aux coups de chaleur, et peuvent en mourir. Pour maintenir leur température corporelle, les porcs doivent humecter leur peau. L‘eau, en s‘évaporant, refroidit le corps de l‘animal.

Dès lors que la température atteint 22C°, la possibilité de prendre des bains de boue devrait être offerte aux porcs. La situation devient particulièrement critique pour les porcs adultes, lorsque la température de l‘air atteint les 32C°.

Les porcs sont susceptibles d‘être victimes de coups de soleil. Ils doivent toujours avoir à  leur disposition un endroit ombragé pour s‘abriter des rayonnements. Les bains de boue peuvent les aider à  se protéger du soleil.

Un porc qui a trop chaud halète et bien que ce soit un animal très propre, s‘il ne trouve pas de surfaces fraîches, il se couchera dans ses propres déjections afin de refroidir son corps.

Dans les bâtiments, il peut être nécessaire d‘utiliser des brumisateurs.

Dans la mesure où les porcs ne transpirent pas, en cas de forte chaleur, ils sont moins gênés par un taux d‘humidité élevé.

L'abri en plein air
abri porcs

Généralement, les porcs élevés en plein air disposent de petites cabanes qui sont placées dans la direction opposée aux vents dominants. Durant la mauvaise saison, il est important que la pluie ou la neige ne puisse pas pénétrer dans l‘abri. Il est souhaitable qu‘un dispositif soit installé à  l‘entrée de la cabane, par exemple des lanières en plastique, pour garder la litière au sec. Il est très important qu‘il n‘y a ait pas de courrant d‘air dans l‘abri.

Si les porcs ne disposent pas d‘un abri artificiel, ils doivent avoir à  leur disposition un abri naturel qui les protége des intempéries, notamment du vent, et qui leur permette de rester au sec. Ce peut être, par exemple, une haie ou un mur.

Si les porcs sont élevés en groupe, le fait qu‘ils puissent se serrer les uns contre les autres offre également une bonne protection contre le froid.

L‘état du sol des enclos extérieurs
enclos porcs

L‘enclos où vivent les porcs ne doit pas être surchargé et le sol doit être bien drainé. Il n‘est pas acceptable de maintenir des porcs dans un parc qui, à  force d‘être foulé, est boueux en tout point. Ce type de sol favorise l‘apparition des parasites et demande aux porcs un effort supplémentaire pour se déplacer. De plus, en cas de gel, les animaux peuvent se fouler les pieds sur les mottes de terre durcies.

Une partie de l‘espace où vivent les porcs doit leur permettre de rester propres et au sec.

Le tableau ci-dessous indique la superficie qu‘il est recommandé d‘offrir aux truies élevées en plein air :

Il est recommandé que les parcs soient désinfectés régulièrement et une rotation devrait être mise en place afin que l‘herbe puisse repousser.

L‘état de propreté et l‘aménagement des locaux

La litière souillée doit être changée régulièrement et remplacée par de la litière propre. Les sols ne doivent pas être glissants, et en l‘absence de litière (il n‘est pas obligatoire de fournir une litière aux porcs), ils doivent former une surface rigide, plane et stable.

Le taux d‘humidité doit être maintenu à  un niveau convenable, de même que les gaz nocifs tels que l‘ammoniaque et la quantité de poussière. Les animaux doivent être à  l‘abri des courants d‘air.

Les porcs doivent disposer d‘une aire de couchage confortable du point de vue physique et thermique et qui soit convenablement asséchée et propre, permettant à  tous les animaux de se coucher en même temps.

Les porcs doivent avoir un accès permanent à  une quantité suffisante de matériaux permettant des activités de recherche et de manipulation suffisantes, tels que la paille, le foin, la sciure de bois, le compost de champignons, la tourbe ou un mélange de ces matériaux qui ne compromette pas la santé des animaux. Le ministère de l‘Agriculture accepte que des jouets, tels qu‘une chaîne qui pend, remplissent cette exigence.

Chaque porc sevré ou porc de production élevé en groupe - à  l'exception des cochettes après la saillie et des truies - dispose obligatoirement d'une superficie d'espace libre au moins égale à  :

Dans les exploitations de constructions nouvelles ou reconstruites à  partir du 1er janvier 2003 (et dans toutes les exploitations à  partir de 2013), il est interdit de maintenir les truies en stalle durant la plus grande partie des périodes de gestation. Elles peuvent toutefois être maintenues dans une stalle durant les 4 semaines qui suivent la saillie, et une semaine avant la date prévue de la mise-bas. En dehors de ces périodes, les truies doivent être maintenues en groupe. Une truie peut être isolée temporairement (si agressive, malade, blessée...), mais elle doit pouvoir se retourner facilement dans sa case. Dans les exploitations de moins de 10 truies, elles peuvent également être maintenues individuellement à  la condition que, là  aussi, elles puissent se retourner dans la case.

truies en stallecaillebottis

La superficie totale d'espace libre dont dispose chaque cochette après la saillie et chaque truie lorsque cochettes et truies cohabitent doit être respectivement d'au moins 1,64 m2 et de 2,25 m2. Lorsque ces animaux cohabitent en groupes de moins de six individus, la superficie d'espace libre doit être accrue de 10 %. Lorsque ces animaux cohabitent en groupes de quarante individus ou davantage, la superficie d'espace libre peut être diminuée de 10 %. Une partie de ces aires doivent avoir un revêtement plein continu dont 15% au maximum sont réservés aux ouvertures destinées à  l‘évacuation.

Une semaine avant la mise bas, les truies doivent avoir à  disposition des matériaux de nidification (paille, etc. ), sauf si le système d‘évacuation ou de récupération du lisier ne le permet pas.

L‘utilisation d'attaches pour les truies et les cochettes est interdite.

La réglementation précise également que dans les exploitations construites à  partir du 1er janvier 2003, les caillebotis en béton doivent avoir des ouvertures d‘une largeur maximale : 11mm pour les porcelets, 14mm pour les porcs sevrés, 18mm pour les porcs de production et 20mm pour les cochettes après la saillie et les truies. La largeur minimale des pleins doit être égale à  50mm pour les porcelets et les porcs sevrés et 80mm pour les porcs de production, les cochettes après la saillie et les truies.

Les verrats
verrat

Les cases pour verrats doivent être placées et construites de manière à  ce que les verrats puissent se retourner, percevoir le grognement, l'odeur et la silhouette des autres porcs. La surface au sol, débarrassée de tout obstacle, disponible pour un verrat adulte doit avoir une dimension minimale de 6 mètres carrés.

Lorsque les cases sont également utilisées pour la saillie naturelle, la surface disponible pour un verrat adulte doit mesurer au moins 10 mètres carrés et la case doit être débarrassée de tout obstacle.

L‘éclairage

Les porcs doivent être exposés à  une lumière d'une intensité au moins égale à  40 lux pendant un minimum de huit heures par jour. A titre de comparaison, la réglementation exige que les passages piétons bénéficient d‘un éclairage moyen d‘au moins 50lux.

L‘alimentation

Les porcs consomment des pâtées essentiellement constituées de céréales (maà¯s, blé, orge, seigle, etc.), des tourteaux, des légumes, des fruits, de la luzerne, des glands et châtaignes etc.

Les truies utilisées pour la reproduction doivent recevoir une quantité suffisante d‘aliments volumineux ou riches en fibres ainsi que des aliments à  haute teneur énergétique.

Tous les porcs doivent être nourris au moins une fois par jour. Lorsque les porcs sont nourris en groupes et ne bénéficient pas d'une alimentation ad libitum ou d'un système alimentant automatiquement les animaux individuellement, chaque porc doit avoir accès à  la nourriture en même temps que les autres animaux du groupe.

Les aliments peuvent être distribués à  même le sol, ou dans une auge, ce qui est préférable. Lorsque les animaux sont nourris sur un parcours, les auges devraient être déplacées régulièrement pour éviter la constitution de bourbier.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir le tableau du niveau alimentaire requis pour une truie gestante en plein air de 200 Kg (source INRA/ITP)

L'abreuvement
abreuvement porceletCrédit : TAMWORTH C C SEDDON & PMAF

Tous les porcs âgés de plus de deux semaines doivent avoir un accès permanent à  de l'eau fraîche en quantité suffisante. Une truie qui n‘est pas en gestation devrait recevoir quotidiennement au moins 5 litres d‘eau, une truie en gestation au moins 5 à  8 litres et une truie en lactation 15 à  30 litres. Un porc à  l‘engraissement boit en moyenne 10 litres d‘eau/jour.

La souille ne peut pas être considérée comme un point d‘abreuvement.

En hiver, il faut veiller à  ce que l‘eau ne gèle pas ; si c‘est le cas, la glace doit être brisée.

Les porcelets nouveau-nés
porcelets

Les porcelets sont particulièrement sensibles aux basses températures. C‘est tout particulièrement le cas pour les porcelets nouveaux nés, âgés de moins de deux semaines, car ils ne sont pas en mesure de produire eux-mêmes de la chaleur. Les porcelets doivent toujours disposer d‘un abri avec une litière sèche et pouvoir maintenir des contacts avec leur mère. La loi interdit le servage des porcelets avant l‘âge de 28 jours. Toutefois, ils peuvent être sevrés à  21 jours s‘ils sont déplacés dans des locaux spécialisés, où l‘on ne trouve pas de truies.

L'identification

Toute personne qui détient deux porcs ou plus à  la fois ou un reproducteur, doit les faire identifier avant qu‘ils ne quittent l‘élevage. Il n‘est pas obligatoire d‘identifier les porcs qui n‘ont pas quitté l‘exploitation de naissance.

Les porcs qui quittent l‘exploitation doivent être identifiés à  l‘aide d‘une boucle jaune ou d‘un tatouage à  l‘oreille, ou d‘un tatouage à  l‘arrière de l‘épaule si les animaux sont transportés à  l‘abattoir.

Les mutilations

Sont autorisées :

  • la réduction uniforme des coins des porcelets par meulage ou section partielle pendant les sept jours suivant la naissance et devant laisser une surface lisse et intacte. Les défenses des verrats peuvent être réduites dans leur longueur si nécessaire pour prévenir toute blessure causée aux autres animaux ou pour des raisons de sécurité ;
  • la section partielle de la queue ;
  • la castration des porcs mâles par d'autres moyens que le déchirement des tissus ;
  • la pose d'anneaux dans le nez n'est autorisée que dans les systèmes d'élevage en plein air.
castration porcelets

La section partielle de la queue et la réduction des coins ne peuvent être réalisées sur une base de routine, mais uniquement lorsqu'il existe des preuves que des blessures causées aux mamelles des truies ou aux oreilles ou aux queues d'autres porcs ont eu lieu. Avant d'exécuter ces procédures, d'autres mesures doivent être prises afin de prévenir la caudophagie et d'autres vices, en tenant compte du milieu de vie et des taux de charge. Pour cette raison, les conditions d'ambiance ou les systèmes de conduite des élevages doivent être modifiés s'ils ne sont pas appropriés.

Les procédures décrites ci-dessus ne sont exécutées que par un vétérinaire ou une personne formée pour mettre en œuvre les techniques concernées avec les moyens appropriés et dans des conditions hygiéniques. Si la castration ou la section partielle de la queue est pratiquée plus de sept jours après la naissance, une anesthésie complétée par une analgésie prolongée doit être réalisée par un vétérinaire.

Les signes de mauvaise santé

Le porc en bonne santé émet des sons, dont des grognements et des cris. Il a l‘œil propre et vif, la peau dépourvue de lésions évidentes ou d‘altérations, des pattes et des onglons normaux, un comportement normal lorsqu'il mange, boit, défèque et urine tète ou allaite, et un comportement exploratoire normal. La température normale d‘un porc varie de 38.3° à  39,2C°.

Un porc malade à  l‘œil terne, s‘isole du groupe, peut-être pris de tremblements, souffre de boiteries, a le nombril, les pis ou les articulations enflés. Les diarrhées, la toux, les vomissements, la perte d‘appétit ou une respiration rapide ou irrégulière sont les signes d‘une infection par des parasites internes.

L'état d‘engraissement des truies
squelette du porc

état de chair des truies

L‘évaluation de l‘état d‘engraissement des truies et des porcs se fait par palpation et par un examen visuel.

Pointage de 1 :

La truie est émaciée, avec des hanches et une colonne vertébrale proéminente, sans aucun gras qui les recouvre.

Pointage de 2 :

La truie est maigre, on peut facilement sentir les hanches et la colonne vertébrale au toucher, sans aucune pression.

Pointage de 3 :

C‘est l‘état d‘engraissement idéal, une pression ferme lors de la palpation est nécessaire pour sentir les hanches et la colonne vertébrale.

Pointage de 4 :

La truie est grasse, il est impossible de sentir les os, même avec une palpation.

Pointage de 5 :

La truie est très grasse, à  tel point qu‘il est impossible de sentir la colonne vertébrale et les hanches, même en exerçant une pression avec un simple doigt.

L‘objectif est un état d‘engraissement de 3 en milieu et en fin de gestation, de 3 au moment de la mise bas et d‘au moins 2,5 à  la fin de lactation, au sevrage. Aucune truie ne devrait avoir une note inférieure à  2.

Textes et illustrations réalisés d‘après Condition Scoring of Pigs PB3480 Defra 1998. © Crown copyright material is reproduced with the permission of the Controller of HMSO and Queen's Printer for Scotland.

Vous avez constaté quelque chose d‘anormal ?

Cliquez ici pour mieux connaître les lois qui protègent les animaux d‘élevage