Actualité | Newsletter | | Faire un don | Contact | Presse | Liens & Ressources | FAQ
Animaux de ferme et maltraitance : soyons vigilants !

Qualité de l'air

La qualité de l‘air

Arrêté relatif à  l'élevage, à  la garde et à  la détention des animaux

Arrêté du 25 octobre 1982 :
La circulation de l'air, les taux de poussière, la température, l'humidité relative de l'air et les concentrations de gaz doivent être maintenus dans des limites qui ne nuisent pas aux animaux.
Lorsque la santé et le bien-être des animaux dépendent d'un système de ventilation artificielle, il convient de prévoir un système de secours approprié afin de garantir un renouvellement d'air suffisant pour préserver la santé et le bien-être des animaux en cas de défaillance du système, et un système d'alarme doit être prévu pour avertir de la défaillance ; le système d'alarme doit être testé régulièrement.

Les ancêtres de nos animaux d‘élevage vivaient en plein air, dans de vastes espaces. Leurs descendants que nous élevons aujourd‘hui supportent difficilement le confinement dans des bâtiments mal aérés ou de nombreux gaz nocifs peuvent rapidement s‘accumuler. Ces gaz peuvent être à  l‘origine de graves problèmes respiratoires, voire être à  l‘origine de la mort des animaux. La quantité de poussière le taux d‘humidité et les courants d‘air peuvent également leur porter gravement préjudice.

Pour les maintenir en bonne santé, il est essentiel que la qualité de l‘air dans les bâtiments soit surveillée et que les bâtiments soient correctement aérés.

Les gaz peuvent provenir de la respiration des animaux, de leur métabolisme (les ruminants produisent une quantité importante de gaz du fait de la fermentation dans leurs estomacs), et de la dégradation de leurs déjections.

Les gaz nocifs que l‘on retrouve le plus souvent dans les bâtiments d‘élevage sont le dioxyde de carbone, l‘ammoniac et l‘hydrogène sulfuré.

Il n‘existe pas, dans la réglementation française et européenne protégeant les animaux, une valeur limite d‘exposition aux gaz nuisibles ou incommodants que l‘on peut trouver en bâtiment d‘élevage.

C‘est surtout en hiver que l‘on peut trouver des étables mal aérées, car les éleveurs ferment les ouvertures afin de protéger les animaux du froid. Cette mesure peut finalement être davantage préjudiciable aux animaux.

Le tableau ci-dessous indique les symptômes que peut ressentir une personne dans un environnement où la concentration en gaz nocifs est élevée. Il existe aussi des appareils sophistiqués qui permettent de faire des mesures très précises de la concentration de gaz dans l‘atmosphère d‘un bâtiment.

 

La qualité de l‘air en bâtiment peut être altérée par de nombreux autres gaz. A titre d‘exemple, dans un élevage de veaux, des traces de 136 autres gaz sont susceptibles d‘être trouvées (1).

(1) The risks of poor welfare in intensive calf farming systems- EFSA 24/05/2006